L’échoppe, l’incontournable bordelaise

Échoppe bordelaiseAvec plus de 11 000 constructions sur Bordeaux et la CUB (Communauté urbaine de Bordeaux), l’échoppe est un modèle d’architecture typiquement bordelais.

Les premières constructions, initialement prévues au XVe siècle pour des commerçants et artisans sont rapidement prises d’assaut dès le XVIIIe siècle par les Bordelais qui les transforment en lieu d’habitation.

Phénomène de mode, c’est à cette époque que fleurit la majeure partie des échoppes encore existantes à Bordeaux, toutes bâties entre 1850 et 1930.

Une architecture à part.

A l’origine sans étage, c’est à dire de plan pied, avec une cave et tout en profondeur, l’échoppe bordelaise tient à sa discrétion. Elle ne laisse depuis le trottoir qu’une façade en gouttereau (ndlr : qui porte les gouttières), visible aux passants. Cette dernière est généralement agrémentée de motifs sculptés au dessus des fenêtres et/ou tout le long de la devanture. Les murs, toujours en pierre de taille calcaire de 5 à 20 centimètres de large, supportent une toiture à deux pentes recouvertes de tuiles.

Deux types d’échoppes :

  • L’échoppe simple est une petite construction avec une façade allant de cinq à six mètres, un couloir latéral desservant une chambre côté rue, une pièce sombre et une salle commune côté cour.
  • L’échoppe double quant à elle se distingue avec une façade de huit à dix mètres, un couloir central qui dessert différentes pièces et généralement un jardin à l’arrière.

Combien ça coute ? 

  • A la location, les prix varient du simple au double en fonction de l’emplacement, de la surface et de l’état du bien. Actuellement, une échoppe se loue de 500 à un peu plus de 1000 euros par mois.
  • A la vente, tout comme pour la location, un ensemble de critères détermine le prix d’une échoppe à la vente. En 2012, les prix oscillent entre 130 000 euros pour un bien dans la CUB à plus de 700 000 euros pour une échoppe en centre-ville avec piscine…

Pour aller plus, loin : L’échoppe, un art de vivre de Jacques Tribalat, Michel Pétuaud-Létang et Dominique Le Lann aux éditions A, 2003.

Mais aussi deux sites dédiés aux échoppes bordelaises:

Crédit photo 

Laisser un commentaire